Aide alimentaire
hivernale d’urgence

Livraison de denrées alimentaires dans 21 quartiers montréalais, pour venir en aide à 48 000 personnes dans le besoin, entre décembre et février.

L’aide alimentaire bonifiée du Regroupement Partage pour un hiver qui s’annonce particulièrement difficile pour les ménages à faible revenu

L’impact économique de la COVID touche davantage les ménages fragilisés : ceux qui sont déjà en situation de vulnérabilité le seront encore plus.

L’insécurité alimentaire au Canada est appelée à doubler d’ici la fin de l’année par rapport aux statistiques les plus récentes qui font état de 4,4 millions de personnes touchées, croit le Réseau canadien pour une alimentation durable.

Selon Statistique Canada, un Canadien sur sept a vécu dans un ménage touché par l’insécurité alimentaire pendant au moins un mois depuis le début de la pandémie de COVID‑19.

En raison des perspectives économiques et sanitaires incertaines pour plusieurs mois à venir, le Regroupement Partage, chef de file en sécurité alimentaire, s’apprête à bonifier et modifier ses Magasins-Partage de Noël afin d’anticiper et de répondre aux besoins accrus.

Le Regroupement Partage et ses membres font face à une augmentation des demandes d’aide alimentaire, qui sont allées jusqu’à 300 % au pire de la pandémie, et doivent y répondre avec moins d’argent; ces difficultés ne se régleront pas à court terme.

Le Regroupement Partage bonifiera et prolongera son aide en remettant, par l’entremise de 21 organismes communautaires d’autant de quartiers montréalais, des denrées alimentaires à 48 000 personnes, soit une augmentation de plus de 300% (11 752 bénéficiaires en 2019 vs 48 000 en 2020) et sur une période plus longue (entre décembre et février).

L’aide alimentaire d’urgence du Regroupement Partage est la réponse du Regroupement Partage afin d’adapter ses habituels Magasins-Partage afin de respecter les mesures de prévention liées à la pandémie, tout en tenant compte de l’épuisement vécu sur le terrain par les groupes communautaires qui sont sursollicités depuis le mois de mars. Les besoins de financement pour contrer l’insécurité alimentaire sont encore plus grands cette année!

Fil de nouvelles