Projet d’agriculture périurbaine novateur

depuis:
2015
où:

Sur des terres agricoles de la Ville de Montréal

Quand:

De mai à octobre

c’est quoi:

Sous la supervision du Regroupement Partage, trois variétés de légumes racines sont cultivées et distribuées dans les cuisines des différentes communautés culturelles présentes sur l’île de Montréal.

6

hectares de terre cultivés en 2017

120
tonnes

récolte prévue pour 2018

575
tonnes

récolte prévue pour 2023

CULTIVER L’ESPOIR sera à terme le plus important projet d’agriculture urbaine bio logique au Canada. C’est un projet multi acteurs et multi secteurs, d’économie sociale et circulaire, dans lequel des terres inexploitées sont revalorisées par des jeunes en réinsertion sociale, avec un extrant qui bénéficie à plus de 60 000 personnes défavorisées, et à tous les Québécois qui peuvent acheter des carottes biologiques. Ce modèle peut être reproduit ailleurs au Québec et au Canada, avec l’appui de banques alimentaires partenaires et de distributeurs.

Sous la supervision du Regroupement Partage, D-3-Pierres (entreprise d’insertion sociale en agriculture) cultive trois variétés de légumes racines : carottes, choux et rutabagas. Ces derniers sont utilisés dans les cuisines des différentes communautés culturelles présentes sur l’île de Montréal : en 2018, ce sont 700 000 portions de légumes qui ont été données aux personnes dans le besoin. En outre, ces légumes étaient autrefois consommés au quotidien par nos grands-parents. CULTIVER L’ESPOIR vise donc à les remettre davantage dans les assiettes des Québécois.

FIL DE NOUVELLES

Cultiver l’Espoir : un programme de production agricole biologique favorisant la sécurité alimentaire inspirant pour les villes du Québec 21 juin, 2018

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Cultiver l’Espoir : un programme de production agricole biologique
favorisant la sécurité alimentaire inspirant pour les villes du Québec

Montréal, le 14 juin 2018 — Ce 15 juin, les maires de municipalités québécoises en visite à Montréal dans le cadre du Colloque 2018 du Carrefour Action Municipale et Famille (CAMF) découvriront le programme CULTIVER L’ESPOIR du Regroupement Partage. Récipiendaire en 2018 du Prix Action David Suzuki et finaliste aux Prix Novae dans la catégorie Alimentation, ce programme inspirant permet de distribuer des légumes biologiques à plus de 30 000 familles montréalaises dans le besoin, tout en s’autofinançant par la commercialisation de produits en épicerie.

Le Regroupement Partage cultive des légumes biologiques sur des terres dans l’Ouest-de-l’île mises à sa disposition par la Ville de Montréal depuis 2015. D’année en d’année, le programme d’agriculture biologique CULTIVER L’ESPOIR grandit, tant en termes de superficie couverte par les champs que par la quantité de carottes, de choux et de navets récoltés.

Pour la saison agricole 2018, les travailleurs agricoles expérimentés de D-3 Pierres, aidés de jeunes décrocheurs et travailleurs en réinsertion sociale, visent à extraire un potentiel de 120 tonnes de légumes des champs montréalais. De ces 120 tonnes, 55 % sont dédiées aux banques alimentaires pour permettre aux Montréalais démunis d’avoir accès à des légumes frais et locaux durant les périodes creuses de l’hiver. Cette abondance de légumes biologiques permet d’aider 30 000 familles montréalaises démunies par le biais des banques alimentaires bénéficiaires; Jeunesse au Soleil, Mission Bon Accueil et Moisson Montréal. Afin d’assurer la pérennité du programme et de diminuer la dépendance au financement privé et public, 45 % des récoltes de carottes sont vendues dans les magasins Metro et Super C de la province, permettant ainsi à tous les Québécois d’en bénéficier.

Cultiver l’Espoir : un programme d’économie sociale et circulaire à multiplier dans toutes les villes du Québec
« Nous voulons inspirer d’autres municipalités à favoriser des programmes comme CULTIVER l’ESPOIR, afin qu’ils puissent se décupler partout au Québec. Avec CULTIVER L’ESPOIR, le Regroupement Partage et ses partenaires ont créé un programme d’économie sociale et circulaire, qui permet la valorisation de terres inexploitées ainsi que le développement de compétences chez de jeunes décrocheurs ou travailleurs en insertion professionnelle. Tout ce travail sert à nourrir les Montréalais dans le besoin et à leur redonner l’accès aux légumes biologiques produits localement, pendant les périodes où les légumes frais manquent. Lors de la visite du CAMF, nous partagerons donc la recette de notre succès et nos leçons apprises avec les maires, afin qu’ils puissent chacun travailler avec leurs acteurs locaux et implanter ce programme dans leur municipalité », déclare Sylvie Rochette, cofondatrice et directrice générale du Regroupement Partage.

Programme unique de concertation multiacteurs et multisecteurs, CULTIVER L’ESPOIR permet de valoriser les forces vives des partenaires à l’œuvre, que ce soit du point de vue agricole, social (réinsertion) ou distribution. Il vise aussi à réduire la chaîne d’approvisionnement et la dépendance aux légumes importés, qui peuvent subir les aléas des mauvaises conditions climatiques ou de climats politiques instables, pour ne nommer que quelques exemples de freins à l’accès aux légumes biologiques à prix abordables. Un tel programme permet aux villes et aux organismes de développer leur autonomie alimentaire et de contribuer à une gestion saine du territoire, dans la foulée de la politique bioalimentaire adoptée par le Québec au début avril 2018.

« La Ville est soucieuse de soutenir des projets structurants en agriculture urbaine, comme Cultiver l’Espoir, à l’échelle de la ville, tout en générant des retombées positives sur la sécurité alimentaire des Montréalais et Montréalaises », a souligné Rosannie Filato, responsable du développement social et communautaire, de l’itinérance, de la jeunesse, de la condition féminine, des sports et des loisirs au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Une aide concrète pour les ménages à faible revenu
Les ménages à très faible revenu dépensent 60 % à 80 % de leurs revenus pour se nourrir, ce qui les rend très vulnérables à une hausse des prix des denrées alimentaires ou à une baisse de leurs revenus. Cela se traduit par une demande en hausse pour les banques alimentaires. Selon le plus récent
« Bilan faim 2017 » de Moisson Montréal, 136 500 Montréalais dont 41 500 enfants (30 % des bénéficiaires), reçoivent une aide alimentaire chaque mois. Ces chiffres importants ne tiennent même pas compte de tous les Montréalais qui fréquentent les banques alimentaires non soutenues par Moisson Montréal. CULTIVER l’ESPOIR contribue à l’aide alimentaire des personnes dans le besoin par l’approvisionnement en produits frais et locaux, lors des périodes critiques.

ET C’EST PARTI! La 4e saison de CULTIVER L’ESPOIR, notre programme novateur d’agriculture biologique 8 mai, 2018

(Via Facebook) ET C’EST PARTI!

La 4e saison de CULTIVER L’ESPOIR, notre programme novateur d’agriculture biologique en réinsertion sociale, débute sous la pluie et sous la promesse de récolter environ 120 tonnes de légumes la fin de l’été venue.

Pour vous donner une idée de l’ampleur de ce beau programme, voici quelques photos qui montrent l’équipe en pleine préparation des installations (bennes, mini-entrepôt a la ferme, etc.)

En tout, nous possédons 225 bennes, qui serviront à transporter 120 tonnes de légumes, dont 70 tonnes iront à Jeunesse au Soleil / Sun Youth Organization, Moisson Montréal, et Mission Bon Accueil-Welcome Hall Mission.

À qui appartient Montréal? 29 mars, 2018

À qui appartient Montréal ❓ À beaucoup d’intérêts étrangers ❗

Ceci renforce la pertinence de Cultiver l’espoir, notre programme novateur de sécurité alimentaire en agriculture biologique sur les terres agricoles de l’Île de Montréal, qui occupe 6 hectares et 27 hectares à terme.

🥕🥕🥕 Cultiver l’espoir permet à plus de 60 000 montréalais de recevoir des légumes biologiques.

Pour lire l’article détaillé sur la propriété immobilière et foncière de Montréal : À qui appartient Montréal? | Mario Girard | Mario Girard

Cultiver l’espoir – Message du ministre Martin Coiteux 26 février, 2018

Dans plusieurs quartiers de l’île de Montréal, l’enjeu de la sécurité alimentaire est préoccupant, particulièrement en hiver. En fournissant aux organismes communautaires des légumes frais, l’initiative Cultiver l’espoir améliore les conditions de vie des populations vulnérables. Ce projet met de l’avant le travail et le dévouement de Montréalaises et Montréalais qui ont à cœur l’inclusion et la solidarité sociale.

En plus des bienfaits sociaux, le modèle d’affaires socio-économique unique mis en place permet à Montréal de se positionner comme une ville innovante et verte en matière d’agriculture urbaine. Le gouvernement du Québec est fier de soutenir Cultiver l’espoir par l’intermédiaire de son Fonds d’initiative et de rayonnement de la métropole.

Merci à ceux et à celles qui contribuent à cette initiative structurante!

Martin Coiteux
Ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire,
ministre de la Sécurité publique
et ministre responsable de la région de Montréal

CULTIVER L’ESPOIR : Gagnant du Prix Action David Suzuki 7 décembre, 2017

Quelle fierté d’avoir été choisis parmi 9 autres projets inspirants!

Un IMMENSE merci à tous de votre soutien. Merci d’avoir cru en nous.

❣ Merci spécial aux partenaires qui rendent ce projet possible :

Ville de Montréal, L’OEUVRE LÉGER, Gouvernement du Québec, Metro mon épicier, D-Trois-Pierres, Ferme Ethier, Echo Fondation, Fondation Zeller

❣ Merci à tous les partenaires du Regroupement Partage qui appuient nos programmes, dont les majeurs : Resto Dépôt Mayrand, MétéoMédia, Fondation Marcelle et Jean Coutu, 98,5 FM, Unifor, et Quebecor Media.

❣ Merci à nos ambassadrices Martine St-Clair, Isabelle Maréchal-Perso et porte-parole Patrick De Bellefeuille.

❣ Merci aux banques alimentaires bénéficiaires : Jeunesse au Soleil / Sun Youth Organization, Moisson Montréal et Mission Bon Accueil-Welcome Hall Mission.

🥕 Récapitulatif de la saison 2017 de CULTIVER L’ESPOIR dans le blogue de L’OEUVRE LÉGER 5 décembre, 2017

Vous avez lu notre article récapitulatif de la saison 2017 de CULTIVER L’ESPOIR dans le blogue de L’OEUVRE LÉGER?

C’est par ici ⤵

 

Un projet d’agriculture urbaine biologique en réinsertion sociale à Montréal

 

CULTIVER L’ESPOIR – FINALISTE DU PRIX ACTION DAVID SUZUKI 27 novembre, 2017

Depuis 2015, le Regroupement Partage cultive des légumes biologiques sur des terres agricoles inexploitées mises à sa disposition par la Ville de Montréal.

 

Aujourd’hui, c’est un potentiel de 120 tonnes de carottes, de choux et de rutabagas biologiques récoltés par 8 jeunes décrocheurs en réinsertion sociale encadrés par le personnel de D-3 Pierres.

 

55 % vont aux banques alimentaires Moisson Montréal, Mission Bon Accueil, et Jeunesse au Soleil pour permettre aux Montréalais démunis d’avoir accès à des légumes frais et locaux.

Pour la pérennité et l’autofinancement du projet, 45 % de la récolte est vendue chez Metro / Super C, permettant à tous les Québécois d’en bénéficier.

À terme, ce seront plus de 27 hectares qui seront cultivées, permettant d’offrir des légumes frais à près de 300 000 montréalais dans le besoin.

Ce projet multipartites d’économie sociale et circulaire a été retenu comme l’un des 10 finalistes parmi les 166 candidatures de projets présentées au Prix Action David Suzuki.

Accompagné d’une bourse de 4000$, le grand gagnant  de ce prix de reconnaissance sera déterminé par vote du grand public, du 24 novembre au 3 décembre 2017.

Pour nous appuyer :

  1. Voter en suivant ce lien
  2. Partager notre publication présentant le projet et le vote du public dans votre réseau ou sur votre site web
  3. Utiliser le matériel promotionnel sur votre site web ou réseaux sociaux, pour encourager le vote (photos, vidéos, visuels pour publication réseaux sociaux).
    Voici le lien pour le vote à utiliser avec les réseaux sociaux.

 

Plus de 65 000 kg de légumes biologiques pour la deuxième récolte de Cultiver l’Espoir 13 novembre, 2016

Le 20 octobre 2016, le Regroupement Partage a fait l’annonce des résultats de la deuxième récolte de Cultiver l’espoir et du partenariat avec Metro pour la vente de 7 000 kg de carottes biologiques, en compagnie de Monique Vallée et de Réal Ménard de la Ville de Montréal, et de Marie-Claude Bacon de Metro Inc.

Plus de 65 000 kg de légumes biologiques ont été récoltés cette année, ce qui permettra au Regroupement Partage d’aider 25 000 familles et de viser l’autofinancement du projet.


Merci à tous les partenaires:
La Ville de Montréal, le Gouvernement du Québec, D3-Pierres, L’OEUVRE LÉGER et Metro.

Pour plus d’information, consultez le communiqué de presse.

 

Cultiver l’espoir pour assurer la sécurité alimentaire des Montréalais 4 avril, 2016

Le coût du panier d’épicerie augmentera encore en 2015, une hausse plus élevée que le taux d’inflation. L’an dernier, le prix de la viande a augmenté de 12 % et on s’attend à d’autres hausses importantes dans les prochains mois, surtout pour les aliments frais comme les légumes. Les ménages pauvres dépensent 60 à 80% de leurs revenus pour se nourrir, ce qui les rend très vulnérables lorsque le prix des denrées alimentaires augmente ou lorsque leurs revenus baissent. Les personnes sans emploi ou ayant recours à l’aide sociale ainsi que celles vivant au salaire minimum n’ont simplement pas un revenu suffisant pour l’achat d’un panier d’épicerie nutritif. (suite…)

Une première récolte fructueuse : 43 000 kg de choux et de rutabagas pour les ménages défavorisés 27 octobre, 2015

 

C’est en 2015 que la première récolte de Cultiver l’espoir a été effectuée, rendue possible par la signature d’une entente tripartite entre le maître d’œuvre Regroupement Partage, le fournisseur des terres Ville de Montréal et D3-Pierres, responsable de la production agricole.

Cette première récolte, issue d’une production sur 2 hectares, a permis la distribution de 43 000 kg de choux et de rutabagas à Moisson Montréal et à Jeunesse au Soleil.

Vu le beau succès de cette première récolte, une conférence de presse a été organisée en avril pour le lancement, puis, plus récemment, en octobre pour la récolte.

En plus d’avoir enregistré la marque Cultiver l’espoir et créé un nouveau logo, nous avons en outre produit des capsules vidéo et corporatives pour la promotion de l’initiative.

Lancement de Cultiver l’espoir 11 novembre, 2014

Alors qu’en 2013, nous avons posé les bases du projet Cultiver l’espoir, 2014 est synonyme de lancement du projet. Le Regroupement Partage a négocié les ententes avec le partenaire agricole D3-Pierres, et l’un des lots a été enrichi d’engrais verts.

C’est également cette année que le projet s’est enrichi de ses outils de communication, comme un logo, un document de présentation et de bannières portables.

Pour gérer ce projet, le coordonnateur Nicolas Régnault a été embauché.

Le Regroupement Partage est également fier d’annoncer le soutien financier de l’œuvre Léger, de 90 000$ sur trois ans.

Cultiver l’espoir : un nouveau projet de production agricole biologique en milieu urbain 7 novembre, 2013

Cultiver l’espoir est un nouveau projet de production agricole biologique en milieu urbain qui tire profit d’anciennes terres agricoles qui n’étaient plus exploitées dans l’ouest de l’Île de Montréal. Ce projet s’ajoute aux autres chantiers du Regroupement Partage et vise à développer le volet sécurité alimentaire de l’organisme par la culture d’aliments frais se conservant bien et pouvant être distribués aux familles dans le besoin via le réseau des Magasins-Partage.

2013 fut une année de défrichage, dans tous les sens du terme, durant laquelle le Regroupement Partage a présenté son étude de faisabilité aux partenaires, a effectué de la recherche de financement et a effectué la promotion du concept auprès de potentiels donateurs.

Ces démarches se sont avéré un succès, et le Regroupement Partage est fier d’annoncer l’engagement de trois bailleurs de fonds, soit le Centre Local de Développement de l’ouest de l’île, le  Centre de Développement Économique et Communautaire Rosemont-Petite-Patrie et le  Conseil Régional de l’Environnement  (comité d’économie sociale).