Projet d’agriculture périurbaine novateur

depuis:
2015
où:

Sur des terres agricoles de la Ville de Montréal

Quand:

Au cours des mois d’automne

c’est quoi:

Sous la supervision du Regroupement Partage, quatre variétés de légumes racines sont cultivées et distribuées dans les cuisines des différentes communautés culturelles présentes sur l’île de Montréal.

6

hectares de terre cultivés en 2017

120
tonnes

récolte prévue pour 2017

575
tonnes

récolte prévue pour 2021

CULTIVER L’ESPOIR permet d’intégrer la notion de solidarité et d’utilité sociale (économie sociale) en lien avec l’agriculture urbaine et positionne Montréal comme chef de file dans ce domaine. Le projet est réalisé dans le respect des valeurs environnementales et bénéficie à toute la collectivité montréalaise.

Sous la supervision du Regroupement Partage, D-3-Pierres (entreprise d’insertion sociale en agriculture) cultive quatre variétés de légumes racines : betteraves, carottes, choux et rutabagas. Ces derniers sont utilisés dans les cuisines des différentes communautés culturelles présentes sur l’île de Montréal. En outre, ces légumes étaient autrefois consommés au quotidien par nos grands-parents. CULTIVER L’ESPOIR vise donc à les remettre davantage dans les assiettes des Québécois.

FIL DE NOUVELLES

CULTIVER L’ESPOIRFINALISTE DU PRIX ACTION DAVID SUZUKI 27 novembre, 2017

Depuis 2015, le Regroupement Partage cultive des légumes biologiques sur des terres agricoles inexploitées mises à sa disposition par la Ville de Montréal.

 

Aujourd’hui, c’est un potentiel de 120 tonnes de carottes, de choux et de rutabagas biologiques récoltés par 8 jeunes décrocheurs en réinsertion sociale encadrés par le personnel de D-3 Pierres.

 

55 % vont aux banques alimentaires Moisson Montréal, Mission Bon Accueil, et Jeunesse au Soleil pour permettre aux Montréalais démunis d’avoir accès à des légumes frais et locaux.

Pour la pérennité et l’autofinancement du projet, 45 % de la récolte est vendue chez Metro / Super C, permettant à tous les Québécois d’en bénéficier.

À terme, ce seront plus de 27 hectares qui seront cultivées, permettant d’offrir des légumes frais à près de 300 000 montréalais dans le besoin.

Ce projet multipartites d’économie sociale et circulaire a été retenu comme l’un des 10 finalistes parmi les 166 candidatures de projets présentées au Prix Action David Suzuki.

Accompagné d’une bourse de 4000$, le grand gagnant  de ce prix de reconnaissance sera déterminé par vote du grand public, du 24 novembre au 3 décembre 2017.

Pour nous appuyer :

  1. Voter en suivant ce lien
  2. Partager notre publication présentant le projet et le vote du public dans votre réseau ou sur votre site web
  3. Utiliser le matériel promotionnel sur votre site web ou réseaux sociaux, pour encourager le vote (photos, vidéos, visuels pour publication réseaux sociaux).
    Voici le lien pour le vote à utiliser avec les réseaux sociaux.

 

Plus de 65 000 kg de légumes biologiques pour la deuxième récolte de Cultiver l’Espoir 13 novembre, 2016

Le 20 octobre 2016, le Regroupement Partage a fait l’annonce des résultats de la deuxième récolte de Cultiver l’espoir et du partenariat avec Metro pour la vente de 7 000 kg de carottes biologiques, en compagnie de Monique Vallée et de Réal Ménard de la Ville de Montréal, et de Marie-Claude Bacon de Metro Inc.

Plus de 65 000 kg de légumes biologiques ont été récoltés cette année, ce qui permettra au Regroupement Partage d’aider 25 000 familles et de viser l’autofinancement du projet.


Merci à tous les partenaires:
La Ville de Montréal, le Gouvernement du Québec, D3-Pierres, L’OEUVRE LÉGER et Metro.

Pour plus d’information, consultez le communiqué de presse.

 

Lettre d’opinion : Cultiver l’Espoir pour assurer la sécurité alimentaire des Montréalais 4 avril, 2016

Le coût du panier d’épicerie augmentera encore en 2015, une hausse plus élevée que le taux d’inflation. Montréal se situe au 2e rang des villes canadiennes où l’insécurité alimentaire touche une bonne partie de la population. C’est donc une personne sur six qui ne mange pas toujours à sa faim.

CULTIVER L’ESPOIR vise à assurer un approvisionnement durable en légumes durant les périodes creuses de l’hiver aux organismes en sécurité alimentaire de Montréal.

On l’oublie peut-être, mais jusqu’au 20e siècle, la métropole s’est développée sur certaines des meilleures terres agricoles du Québec. CULTIVER L’ESPOIR a pour objectif de produire des légumes en régie biologique sur des terres agricoles non exploitées que possède la ville de Montréal dans l’Ouest-de-l ’Île. À terme, quelque 27 hectares de terrain seront exploités qui produiront l’équivalent de 250 000 sacs de légumes de 5 lb/2,27 kg.

Télécharger la lettre complète

Cultiver l’espoir pour assurer la sécurité alimentaire des Montréalais 4 avril, 2016

Le coût du panier d’épicerie augmentera encore en 2015, une hausse plus élevée que le taux d’inflation. L’an dernier, le prix de la viande a augmenté de 12 % et on s’attend à d’autres hausses importantes dans les prochains mois, surtout pour les aliments frais comme les légumes. Les ménages pauvres dépensent 60 à 80% de leurs revenus pour se nourrir, ce qui les rend très vulnérables lorsque le prix des denrées alimentaires augmente ou lorsque leurs revenus baissent. Les personnes sans emploi ou ayant recours à l’aide sociale ainsi que celles vivant au salaire minimum n’ont simplement pas un revenu suffisant pour l’achat d’un panier d’épicerie nutritif.

Montréal se situe au 2e rang des villes canadiennes où l’insécurité alimentaire touche une bonne partie de la population. C’est donc une personne sur six qui ne mange pas toujours à sa faim. Les banques alimentaires aident chaque mois plus de 140 000 Montréalais. Ces ressources s’approvisionnent souvent à partir des surplus des producteurs. Sachant qu’un grand nombre d’entre eux disent manquer de légumes frais, particulièrement au cœur des mois d’hiver, un projet novateur d’agriculture urbaine, le plus important en son genre au Canada, vient d’être annoncé à Montréal afin de pallier à ce problème.

Initié par le Regroupement des Magasins-Partage de l’île de Montréal en partenariat avec la Ville de Montréal et D-3-Pierres (entreprise d’insertion sociale en agriculture), CULTIVER L’ESPOIR vise à assurer un approvisionnement durable en légumes durant les périodes creuses de l’hiver aux organismes en sécurité alimentaire de Montréal. Ce projet s’intègre très bien dans le développement de Montréal, un précurseur dans le domaine de l’agriculture urbaine. On l’oublie peut-être, mais jusqu’au 20e siècle, la métropole s’est développée sur certaines des meilleures terres agricoles du Québec. Il n’est donc pas étonnant de voir que plus de 40 % des Montréalais sont adeptes d’agriculture urbaine.

CULTIVER L’ESPOIR a pour objectif de produire des légumes en régie biologique dans les prochains mois sur des terres agricoles non exploitées que possède la ville de Montréal dans l’Ouest-de-l ’Île. À terme, quelque 27 hectares de terrain seront exploités qui produiront l’équivalent de 250 000 sacs de légumes de 5 lb/2,27 kg. Les légumes racines qui y seront cultivés (betteraves, carottes, choux et rutabagas) sont des aliments couramment utilisés autant dans les cuisines des différentes communautés culturelles présentes sur l’île de Montréal que dans celles des Québécois de souche. Cet automne, L’entièreté de la production des légumes récoltés sera remise à un organisme dont la mission est de redistribuer aux banques alimentaires de quartier. Dès l’an prochain, la moitié des récoltes sera remise à divers organismes communautaires qui distribueront gratuitement cette production à des familles montréalaises démunies. L’autre moitié sera vendue à des grossistes locaux de légumes biologiques, ce qui assurera une partie de la pérennité du projet et ultimement, ne pas dépendre des deniers publics, du secteur philanthropique ou des entreprises.

C’est prouvé, la culture de fruits et légumes dans les villes améliore l’approvisionnement en produits frais et nutritifs, et permet aux démunis d’accéder plus facilement et économiquement à des produits alimentaires. Toutes les nutritionnistes le disent, les fruits et les légumes sont très riches en nutriments. Toutefois, la majorité des personnes vivant avec un faible revenu consomment moins de trois portions de ces aliments par jour. D’autre part, quelque 40% des Montréalais n’ont pas accès à des fruits et légumes frais et de qualité, près de leur lieu de leur résidence. En revanche, les plats riches en graisses et en sucres bon marché sont très faciles à trouver. Un phénomène qui contribue à de nombreux problèmes de santé et à l’instauration de mauvaises habitudes alimentaires qui risque de perdurer toute la vie.

L’agriculture urbaine pour assurer la sécurité alimentaire à tous les Montréalais est un projet rassembleur qui va donner une image distinctive à la ville. Non seulement, il favorise l’accès à une nourriture de qualité pour tous et valorise les produits des cultures locales, il reflète les valeurs communes et actuelles des Montréalais : le partage, la solidarité et le respect de l’environnement. À partir d’une idée ancrée dans le passé, CULTIVER L’ESPOIR innove, s’adapte au Montréal d’aujourd’hui et le positionne pour l’avenir.

Sylvie Rochette
Directrice du Regroupement des Magasins-Partage de l’île de Montréal

Télécharger une version pdf

Une première récolte fructueuse : 43 000 kg de choux et de rutabagas pour les ménages défavorisés 27 octobre, 2015

 

C’est en 2015 que la première récolte de Cultiver l’espoir a été effectuée, rendue possible par la signature d’une entente tripartite entre le maître d’œuvre Regroupement Partage, le fournisseur des terres Ville de Montréal et D3-Pierres, responsable de la production agricole.

Cette première récolte, issue d’une production sur 2 hectares, a permis la distribution de 43 000 kg de choux et de rutabagas à Moisson Montréal et à Jeunesse au Soleil.

Vu le beau succès de cette première récolte, une conférence de presse a été organisée en avril pour le lancement, puis, plus récemment, en octobre pour la récolte.

En plus d’avoir enregistré la marque Cultiver l’espoir et créé un nouveau logo, nous avons en outre produit des capsules vidéo et corporatives pour la promotion de l’initiative.

Lancement de Cultiver l’espoir 11 novembre, 2014

Alors qu’en 2013, nous avons posé les bases du projet Cultiver l’espoir, 2014 est synonyme de lancement du projet. Le Regroupement Partage a négocié les ententes avec le partenaire agricole D3-Pierres, et l’un des lots a été enrichi d’engrais verts.

C’est également cette année que le projet s’est enrichi de ses outils de communication, comme un logo, un document de présentation et de bannières portables.

Pour gérer ce projet, le coordonnateur Nicolas Régnault a été embauché.

Le Regroupement Partage est également fier d’annoncer le soutien financier de l’œuvre Léger, de 90 000$ sur trois ans.

Cultiver l’espoir : un nouveau projet de production agricole biologique en milieu urbain 7 novembre, 2013

Cultiver l’espoir est un nouveau projet de production agricole biologique en milieu urbain qui tire profit d’anciennes terres agricoles qui n’étaient plus exploitées dans l’ouest de l’Île de Montréal. Ce projet s’ajoute aux autres chantiers du Regroupement Partage et vise à développer le volet sécurité alimentaire de l’organisme par la culture d’aliments frais se conservant bien et pouvant être distribués aux familles dans le besoin via le réseau des Magasins-Partage.

2013 fut une année de défrichage, dans tous les sens du terme, durant laquelle le Regroupement Partage a présenté son étude de faisabilité aux partenaires, a effectué de la recherche de financement et a effectué la promotion du concept auprès de potentiels donateurs.

Ces démarches se sont avéré un succès, et le Regroupement Partage est fier d’annoncer l’engagement de trois bailleurs de fonds, soit le Centre Local de Développement de l’ouest de l’île, le  Centre de Développement Économique et Communautaire Rosemont-Petite-Patrie et le  Conseil Régional de l’Environnement  (comité d’économie sociale).