mpdenoel-logo-234

Épicerie pour les familles dans le besoin

depuis:
1986
où:

17 quartiers de Montréal

Quand:

Entre le 14 et le 21 décembre

c’est quoi:

Le Magasin-Partage de Noël offre aux participants des aliments de qualité afin qu’ils puissent se concocter un bon repas au goût du temps des fêtes et ce, selon leur goût et leur besoin

5 372

NOMBRE DE FAMILLES AIDÉES*

263M$

DONS RECUEILLIS

395M $

En valeurs redistribuées*
*Pendant la campagne de 2015

Le Magasin-Partage répond d’abord à un besoin primaire qui est la faim et par son ancrage dans le quartier, amène les Montréalais appauvris à tendre vers une prise en charge en les intégrant dans un réseau local d’entraide. Les organisations qui composent notre réseau détiennent différentes expertises et sont susceptibles de leur venir en aide face aux nombreuses problématiques que leur apporte leur situation de pauvreté.

Tout comme chez les épiciers, on y retrouve une sélection de denrées alimentaires périssables et non périssables.  Chaque participant a le loisir de choisir selon ses goûts et ses besoins les denrées qui lui conviennent en échange d’une petite contribution de 10% du coût de leur épicerie. Les sommes ainsi recueillies sont réinvesties et permettent de rejoindre un plus grand nombre d’individus. De cette manière, cela permet aux bénéficiaires de contribuer également à aider leur communauté.

À cette période de l’année,
la pauvreté est encore plus cruelle

Chaque ménage inscrit est rencontré individuellement par un intervenant du milieu. On évalue ainsi leur situation afin de connaître les causes et effets de la pauvreté sur eux pour déterminer leurs véritables besoins. C’est à ce moment que nous les informons des ressources locales pouvant leur venir en aide pour les outiller à faire face à différentes problématiques qu’ils peuvent rencontrer.

  • Nous sommes surpris de la quantité de nourritures avec laquelle nous partons, un grand merci!

    Témoignage Noel 09
  • Merci pour votre accueil et vos sourires, c’est comme une belle fête. On va penser à vous, car notre Noël sera plus beau grâce à votre gentillesse.

    Témoignage Noel 08
  • Je ne croyais jamais que j’aurais autant de choses dans mon panier.

    Témoignage Noel 07
  • Mes enfants vont enfin manger un bon repas ce soir, merci beaucoup!

    Témoignage Noel 06
  • Je n’ai pas passé beaucoup de temps à attendre mon tour et les gens sont gentils ici.

    Témoignage Noel 05
  • Je suis très émue et touchée par tant de bienveillance, de bonnes manières, de tendresse des personnes qui m’ont aidée aujourd’hui. Que vous soyez récompensés. Merci.

    Témoignage Noel 04
  • J’ai beaucoup aimé l’ambiance : on se sentait accueilli avec la musique de Noël surtout.

    Témoignage Noel 03
  • Je suis contente. Je ne m’attendais pas à avoir autant d’affaires. C’est sûr que cela va aider.

    Témoignage Noel 02
  • Merci pour votre accueil. C’est un grand soulagement pour ma famille et les enfants sont très heureux de voir le garde-manger bien garni.

    Témoignage Noel 01

FIL DE NOUVELLES

La pauvreté présente dans tous les quartiers de Montréal : l’importance d’une aide soutenue pour tous 14 décembre, 2017

MONTRÉAL, le 13 décembre 2017 — Le Regroupement Partage est favorable à des mesures d’inclusion et d’aide à la lutte contre la pauvreté, mais rappelle que la pauvreté prend aujourd’hui une multitude de visages et touche même des travailleurs.

En effet, le Regroupement Partage constate que les bénéficiaires de ses épiceries solidaires, les Magasins-Partage, changent : ce ne sont plus des gens sur l’aide sociale, ce sont des travailleurs et des familles qui travaillent fort mais ne joignent pas les deux bouts qui fréquentent le Regroupement Partage. « Travailler n’est plus une garantie pour pouvoir se nourrir. Un couple travaillant au salaire minimum et avec trois enfants n’y arrive pas ! En 2017, avoir un revenu total de 40 000$ pour vivre, c’est largement insuffisant », s’inquiète Sylvie Rochette, cofondatrice et directrice générale du Regroupement Partage.

Nous saluons le premier geste concret de lutte à la pauvreté du gouvernement actuel, mais tout de même insuffisant et questionnable sur sa mise en oeuvre. Pour sa part, le Regroupement Partage contribue à aider les Montréalais dans le besoin en organisant en décembre des Magasins-Partage de Noël dans 17 quartiers de la métropole. Organisés sous la forme d’un marché d’alimentation, ces 17 Magasins-Partage aideront cette année plus de 5100 ménages démunis où logent quelque 18 025 enfants et adultes. Au total, l’équivalent de 800 000 $ en denrées alimentaires, produits d’hygiène et cadeaux seront distribués. Les ménages à faible revenu peuvent choisir leurs denrées alimentaires pour un montant équivalent à 10% de la valeur de leur panier d’épicerie, donc oscillant entre 50 et 120 $, dans le respect de leurs goûts et de leur budget. Des cadeaux, notamment des jouets, des livres, des pyjamas et des gâteries, sont offerts gratuitement aux enfants ainsi qu’aux parents. En plus de nourrir les gens, les Magasins-Partage les accompagnent vers d’autres ressources capables de travailler avec eux les autres problématiques reliées à la pauvreté tout au long de l’année; logement insalubre ou mal chauffé, maladie, manque de vêtements, problèmes de violence ou de santé mentale, etc.

« En cette période de l’année où l’on se demande quoi donner à ses proches qui ont presque tout, plutôt que d’acheter une énième babiole qui finira dans un dépotoir plus tôt que tard, pourquoi ne pas faire un don pour aider les organismes en sécurité alimentaire de la métropole afin de vraiment changer la vie de quelqu’un? » demande Mme Rochette.

En plus de ses épiceries solidaires permettant de nourrir les Montréalais dans les périodes les plus critiques de l’année, le Regroupement Partage vise à assurer une autonomie alimentaire des Montréalais défavorisés en cultivant des terres agricoles inexploitées dans l’Ouest de l’Île, pour un potentiel de récolte de 120 tonnes de choux, de carottes et de rutabagas biologiques. 55 % de la récolte va aux banques alimentaires bénéficiaires et 45 % est vendu chez Metro pour permettre l’autofinancement du projet. Ce projet novateur d’agriculture urbaine biologique en réinsertion sociale, à terme le plus important au Canada, a valu au Regroupement Partage le Prix Action David Suzuki, le 6 décembre dernier.

À propos du Regroupement Partage
Depuis sa fondation, il y a 19 ans, le Regroupement a remis 13 millions de dollars en denrées et produits de consommation à plus de 400 000 Montréalais dans le besoin. Les Magasins-Partage aident annuellement près de 25 000 personnes dans 17 quartiers montréalais à la rentrée scolaire et à Noël. Pour l’ensemble de ses programmes, ce sont 90 000 personnes qui sont rejointes.

Ces réalisations ont valu à Mme Rochette le Prix Thérèse-Daviau 2017, remis par Valérie Plante le 28 novembre dernier.

- 30 -

INVITATION À VISITER UN MAGASIN-PARTAGE DE NOËL EN ACTION :
DATE : 20 décembre 2017
HEURE : de 9 h à 11 h
LIEU : Magasin-Partage de St-Michel au Centre de loisirs René-Goupil
ADRESSE : 4121, 42e rue, Montréal, QC, H1Z 1R8

Visite des lieux et entrevues possibles avec :

  • Un ménage bénéficiaire d’un Magasin-Partage pour Noël;
  • Des employés du Regroupement Partage.

Pour confirmer votre présence le 20 décembre, obtenir de plus amples renseignements ou planifier une entrevue, veuillez communiquer avec :

Karine Casault
communications@​karinecasault.​com
514.924.3391

25 000 enfants et adultes pourront passer un joyeux temps des fêtes 16 décembre, 2015

Le Regroupement Partage organise toute la semaine des Magasins-Partage  de  Noël  dans  17 quartiers  montréalais.  Au  total,  l’équivalent  de  800 000  $  en  denrées  alimentaires,  produits alimentaires et cadeaux seront distribués.

Un Magasin:Partage est différent du concept des paniers de Noël, car il offre aux familles la possibilité de faire une épicerie de Noël selon leurs goûts, leurs besoins et leur budget.

Télécharger le communiqué

Apprendre à pêcher ou donner un poisson? Pourquoi pas les deux! 4 décembre, 2015

Lettre d’opinion du Regroupement Partage pour les fêtes 2015 sur l’insécurité alimentaire

Plusieurs guignolées sont en cours partout au Québec, mais on remet en question la pertinence de ces collectes. Pourtant, tout le monde s’entend, les banques alimentaires répondent à un besoin évident et essentiel, celui de manger. Un geste qui prend davantage d’importance à Noël.

En image, je dirais que pour sortir une famille démunie de sa précarité, il faut lui donner du poisson, mais j’ajouterai qu’il faut aussi lui donner accès à la rivière et l’outiller pour pêcher. À titre de cofondatrice d’un organisme dont la mission est de combattre l’insécurité alimentaire, je peux dire que la recette magique contre la pauvreté n’existe pas. Elle n’existera pas demain ni après-demain. Chaque cas est différent, chaque famille a son histoire, ses besoins, ses limites. On doit accorder le temps et l’encadrement requis pour passer de l’indigence à l’autonomie financière et sociale. Et cette réussite passe par un ventre plein.

À Montréal, une famille sur quatre vit sous le seuil de pauvreté. Presque deux fois plus que pour l’ensemble du Québec. Malgré les discours et les promesses de nos élus, les solutions durables contre la pauvreté n’ont jamais vraiment été mises de l’avant assez longtemps pour donner des résultats positifs. Trop souvent, l’État donne d’une main, mais en reprend autant, sinon plus de l’autre.

Imaginez un quotidien ou tout tourne autour d’une question : « Qu’est-ce que je vais donner à manger à mes enfants? » Les parents pauvres se lèvent tous les matins avec le but d’offrir à leurs enfants trois repas dans la journée. Mais trop souvent, ça n’arrive pas. Tout est rationné dans ces familles : le lait, le pain, les céréales, même le papier de toilette! Y a-t-il des fruits et des légumes frais dans le frigo? Très peu et seulement quand ils sont en rabais. Les enfants n’ont pas le droit de fouiller librement dans le garde-manger ou dans le frigo; s’ils ont faim (et comme tous les enfants, ils ont souvent faim!), ils doivent demander la permission. Tout est calculé, mesuré, limité.

Je côtoie des gens démunis au quotidien depuis bientôt 18 ans, mais je ne m’habitue pas de voir, des parents bénéficiaires de l’un de nos Magasins-Partage, pleurer, incapables de retenir leurs larmes, lorsqu’ils reçoivent des denrées alimentaires de base comme de la farine ou du sucre. Je vois dans leurs yeux le stress, la honte, le sentiment de se sentir inaptes comme parents. Chaque fois, je me dis que cette personne pourrait être moi. Les pauvres ne sont pas des parias, des paresseux. Ils ne sont pas des illettrés ou des personnes qui veulent vivre aux crochets de la société.

Je suis peut-être une optimiste, mais je formule un vœu : celui de prioriser collectivement (citoyens, organismes tel le Regroupement Partage et gouvernements) la lutte à la pauvreté, et ce, à l’année. La pauvreté paralyse notre société et nous coûte trop cher. J’interpelle à nouveau le gouvernement à en faire davantage. Il doit s’engager concrètement contre la pauvreté et ne pas viser que le déficit zéro.

Noël arrive dans quelques jours. Les Magasins-Partage de Noël vont nourrir 20 000 personnes pour les fêtes (des centaines d’autres sont inscrits sur nos listes d’attente). Aider les parents, les enfants, les personnes âgées démunies n’est pas un luxe, c’est la base même de la dignité humaine. Il ne faut pas l’oublier, manger un repas se répète 1095 fois par an.

Soyez généreux!

Sylvie Rochette,
cofondatrice et directrice générale Regroupement des Magasins-Partage de l’île de Montréal
www​.magasinpartage​.org, 514 383‑2460

Télécharger une version pdf

En 2013, plus de 13 940 personnes ont pu passer les Fêtes dans la dignité devant une tablée garnie, grâce aux 19 Magasins-Partage et à ses bénévoles 5 janvier, 2014

 

Les 324 891 $ amassés lors de la campagne de financement pour les Magasins-Partage de Noël, notamment lors de la Soirée des célébrités en octobre, ont permis d’aider cette année 5 550 ménages, pour un total de plus de 13 940 individus desservis. Ces personnes ont pu passer les Fêtes dans la dignité devant une tablée garnie, grâce aux 19 Magasins-Partage et à ses bénévoles dévoués.

L’année prochaine, nous visons d’aider 100 ménages supplémentaires, alors nous comptons sur la générosité et l’engagement de nos précieux partenaires et du public.

« Ce coup de pouce me donne de l’espoir et me permet d’étirer mon budget. Le fait de contribuer laisse notre dignité intacte. » - une bénéficiaire d’un Magasin-Partage de Noël

5 900 familles dans le besoin passeront un meilleur Noël 20 novembre, 2007

Le Regroupement des Magasins-Partage de l’île de Montréal invite les médias à assister à sa Soirée des célébrités. La soirée sera animée par José Gaudet et Mario Tessier (Les Grandes Gueules), sous la présidence d’honneur de monsieur Serge Paquette (Agropur et de monsieur Claude Pinard (Saputo).

Plusieurs personnalités publiques seront de la partie, Mitsou, Guylaine Tremblay, Alain Stanké, Marie Eykel (Passe-Partout), Dominic Sillon, Martin Cloutier, Francis Reddy, Martin Deschamps, Francine Grimaldi, Louise Harel.

Télécharger le communiqué de presse

Un succès pour une sixième année consécutive 22 novembre, 2006

Le Regroupement des Magasins-Partage de l’île de Montréal en collaboration avec les Grandes Gueules et Radio Énergie 94,3, est fier d’annoncer que la Soirée des célébrités de 2006 a permis d’amasser 32 000,00 $.
Les profits ainsi recueillis seront employés à l’achat collectif de denrées alimentaires, lesquelles seront redistribuées du 15 au 22 décembre prochain dans les 19 Magasins-Partage de Noël.

Cette soirée était animée de façon magistrale par José Gaudet et Mario Tessier (Les Grandes Gueules). Mitsou, Dominic et Martin, Martin Petit, Francine Grimaldi, Pierre Marcotte, Yves Corbeil, Claire Pimparé, Éric Salvail, et plusieurs autres célébrités étaient du nombre.

Télécharger le communiqué